Myanmar

SPG: Mission d’évaluation de la situation des droits de l’homme au Myanmar

J’avais déjà abordé le lien entre la politique douanière de l’Union européenne et la crise des Rohingyas dans un précédent post.

Je terminais ce post en m’interrogeant sur la crédibilité de la Commission en matière de lutte contre la violation des droits de l’homme si elle ne suspendait pas le Myanmar du bénéfice du SPG.

La situation évolue.

En effet, dans un communiqué de presse du 31 octobre, la Commission informe que experts de la Commission européenne et du Service européen pour l’action extérieure se sont rendus en mission d’observation au Myanmar du 28 au 31 octobre.

Tout d’abord, il est intéressant de constater que la mission des experts ne porte pas seulement sur la violation des droits de l’homme dans le cadre de la crise des Rohingyas. L’autre raison de cette mission est l’existence de cas de travail forcé « en particulier par les forces armées du Myanmar — et le recrutement d’enfants« . Or, lorsqu’en 1997 l’Union européenne a retiré le bénéfice du SPG au Myanmar, c’était déjà pour des cas de travail forcé au sein des forces armées…

Ensuite, il convient de s’interroger sur les suites qui seront données à cette mission d’évaluation. Elle peut entrainer, comme en 1997, la suspension de l’octroi du SPG. Dans le communiqué de presse, Cecilia Malmström fait référence aux « graves dysfonctionnements mis en évidence au cours de cette mission d’observation ». La suspension du SPG semble donc plus que probable.

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s